Barkhane: Entraînement au pilotage moto pour les forces armées maliennes

Au camp des Forces armées maliennes (FAMa), deux sections de l’Unité légère de reconnaissance et d’intervention n°4 (ULRI 4) malienne ont suivi un entraînement particulier : pilotage de moto tout terrain, sous la supervision de quelques membres des Forces spéciales (FS) françaises et estoniennes.

Une partie des FAMa enfourche les motos et se rend, accompagnée des FS, à la zone d’essai des véhicules de la base. Une fois arrivés et l’exercice expliqué, les FAMa font vrombir les moteurs de leurs 125 cc. Ils suivent un des membres des FS estoniennes qui leur ouvre le chemin. Les FS françaises, en 4×4, se placent à l’arrière du dispositif. Dès la première montée à franchir survient le premier ensablement … Le caporal-chef Lilian sort du véhicule et va expliquer au militaire malien, la raison de son enlisement… En moins de 30 secondes, ce dernier réussit à s’échapper de cette embûche.

« Cet exercice leur permet de voir les limites de ces engins. Pour monter une butte bien ensablée comme ici par exemple, il doit avoir une action différente sur l’embrayage », explique le caporal-chef Lilian. « Il vaut mieux qu’ils s’ensablent ici à l’instruction où l’on prend le temps de leur expliquer comment mieux faire, qu’une fois en opération. C’est la raison de ces entraînements », ajoute-t-il.

Ce moyen de déplacement est très favorable sur les terrains rencontrés en opération : hors-piste, ouadi (cours d’eau temporairement sec dans les régions arides), végétations abondantes et reliefs. Ces motos sont gages de fluidité, rapidité et discrétion dans la progression tactique. Elles représentent un avantage incontestable dans les missions de reconnaissances et de harcèlements que réalisent les FAMa aux côtés des forces spéciales européennes.

Ils travaillent également sur l’adaptation de la vitesse par rapport au volume de sable à franchir (dune ou piste). À ce parcours, les FS ajoutent un exercice de réactivité en conduite face à différents types de menaces. Cela leur permet d’observer leurs réactions et de les corriger si besoin. « On leur donne des conseils, ils sont attentifs et comprennent vite. Du coup, ça nous permet aussi d’aller plus loin dans les explications », conclut le sergent Tommi.

Armées françaises

SUIVEZ MALIVOX PARTOUT

🔴Dailymotion

🔵Youtube

🔴Facebook Page

🔵WhatsApp: 👇
Ici 👉 http://bit.ly/2zYtWVO

Ou 👉 http://bit.ly/30Pzjl9

Ou 👉 http://bit.ly/3tcPND6

🔴Telegram

🔵Twitter

🔴LinkedIn

🔵Facebook Groupe

🔴Instagram

🔵TikTok

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*