Boubou Cissé: la démission du Président IBK « n’est pas envisageable »

Le Premier ministre a écarté le 16 juillet toute possibilité de démission du Président de la République du Mali. Dans une interview accordée à France 24, Boubou Cissé explique que « ce n’est pas envisageable parce que le Président de la République Ibrahim Boubacar Keita a été élu démocratiquement par l’ensemble du peuple malien ».

Alors que la mission de médiation de la CEDEAO est à pied d’oeuvre pour trouver une issue à la crise au Mali, les parties continuent de camper sur leurs positions. Principale revendication du M5RFP, le départ d’IBK n’est pas négociable d’après le Premier ministre.

Ce 16 juillet, le mouvement de contestation contre le pouvoir avait de son côté fait savoir aux médiateurs le maintien de sa demande de démission du Président de la République.

Pour Boubou Cissé, il est inconcevable d’envisager cette éventualité dans la mesure où l’accession du Chef de l’Etat est intervenue à travers un processus démocratique.

« Le jeu démocratique, ce sont les urnes. Et ceux qui veulent prétendre à la magistrature suprême dans nos pays devraient passer par les urnes. Il sera dangereux de s’y écarter », a indiqué le Premier ministre lors de son interview à France 24.

Toutefois, il loue la médiation de la CEDEAO qui intervient à un moment où le dialogue intra-malien semblait impossible.

« Peut-être que pour que nous puissions nous parler, pour lever un certain nombre de barrières, de préjugés, créer la confiance, il fallait une tierce personne ou institution qui peut-être considérée comme indépendante », a-t-il estimé tout en confiant son optimisme quant au résultat final.

« Je pense que nous sommes en train d’y arriver. De cette discussion sortira certainement un accord politique que le Président avait qualifié de rassemblement national, plus une feuille de route derrière lesquels nous allons pouvoir nous retrouver ».

Une lecture de la situation aux antipodes de la réalité des pourparlers qui n’ont pas connu d’avancées au terme des premières rencontres de la mission de la CEDEAO avec les acteurs de la crise. Car, en plus de l’exigence de la démission du Président de la République, le M5RFP réclame une transition politique et l’ouverture d’une enquête devant aboutir à la traduction des auteurs de la mort des manifestants devant les juridictions nationales et internationales.

Malivox.net

SUIVEZ MALIVOX PARTOUT

🔵Youtube

🔴Facebook Page

🔵WhatsApp

🔴Telegram

🔵Twitter

🔴LinkedIn

🔵Facebook Groupe

🔴Instagram

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*