Commune urbaine de Koulikoro : Interdiction de vendre du carburant à partir de 22 h

Dans la commune urbaine de Koulikoro, une décision émanant de la préfecture interdit, depuis le 17 février 2020, toute vente de carburant à partir de 22H00.Il s’agit d’une décision prise en rapport avec l’état d’urgence en vigueur. Selon les raisons avancées, la nouvelle donne s’inscrit dans le cadre de la sécurité des personnes et de leurs biens.

Depuis le 17 février 2020, le préfet de Koulikoro a pris une décision pour interdire la vente du carburant à partir de 22H dans la commune urbaine. La même décision interdit toute vente de carburant en détail par bidon et fûts. Ainsi, la ville se voit soumise à une décision extraordinaire, prise selon les informations, pour freiner l’élan des terroristes et certains complices qui leur revendent des carburants au détriment de la population.

C’est sur la base de la décision N°008/P.CKK-2020, portant règlementation des horaires d’ouverture, de fermeture des stations d’essence, et d’interdiction de transport de carburant dans les bidons de 20 litres, ainsi que dans les fûts que le préfet a décidé d’appliquer cette nouvelle mesure. « En application de l’état d’urgence en vigueur, il est formellement interdit de transporter du carburant dans des bidons de 20 litres et des fûts ; les stations à essence doivent être ouvertes de 06H à 22H.

Les gérants de stations et les revendeurs de carburants sont tenus de se conformer aux instructions de la présente décision », lit-on dans le communiqué préfectoral. Selon les informations, cette décision fait suite à l’arrestation d’un chauffeur de camion dans la ville de Koulikoro. Ce, en possession de plusieurs bidons de 20 litres, remplis de carburants. Les indiscrétions attestent que le chauffeur s’apprêtait à amener les carburants à une destination inconnue. Interrogé sur la question, le chauffeur n’a pas pu donner de précisions sur le lieu où il comptait amener les carburants. Ce qui a suscité le doute des autorités de la région sur le transport et la vente des carburants. De ce fait, le chauffeur a été immédiatement mis à la disposition du parquet de Koulikoro.

Contacté, un habitant de la ville explique que la décision préfectorale s’applique aussi bien aux revendeurs du carburant qu’aux motocyclistes, voire les conducteurs de véhicules. « Il y a de cela deux semaines, la préfecture a pris une décision, interdisant toute vente du carburant à ceux qui viennent se ravitailler dans les stations, singulièrement dans la station ‘’yara’’ pour ensuite revendre en détail. Dans sa décision, le préfet informe le public que parmi les revendeurs du carburant, certains sont en train de ravitailler les terroristes et les djihadistes », nous confie la même source, clarifiant que cette décision concerne la station ‘’yara’’ et celle qui se trouve au niveau du pont de Kayon, un lieu de Koulikoro. Ces deux stations vendent, selon notre source, le litre du carburant à 580 F pour les revendeurs. Elle affirme que l’interdiction de la vente du carburant concerne tout le monde actuellement dans la ville de Koulikoro (motocyclistes et conducteurs de véhicule).

Sur la question, certains habitants en particulier les motocyclistes s’opposent à cette décision qu’ils trouvent entravante. Pourtant, d’autres l’apprécient à sa juste valeur. « Nous sommes dans un pays pauvre, sortir pour prendre du carburant au-delà de 22H est parfois une obligation pour nous parce qu’on peut avoir l’urgence à tout moment. L’application de cette décision va être une gêne pour les Maliens », explique un habitant sous couvert d’anonymat interrogé par un journaliste sur place.

Sur la question, un jeune koulikorois estime que des enquêtes peuvent être ouvertes par les autorités sur ceux qui viennent dans la ville de Koulikoro pour prendre des quantités importantes de carburants dans les stations. « Interdire la vente du carburant à partir de 22H n’est vraiment pas facile, ce, pour raison que certains vivent aussi de ce travail de revente du carburant », dit-il.

Contrairement aux deux intervenants, un motocycliste explique : « Certes on a besoin du carburant à tout moment, mais je dirais aussi que le préfet a bien fait d’interdire la vente, parce que laisser continuer cette vente à partir de 22H pourrait susciter d’autres problèmes plus graves qu’on n’imagine ». Selon le témoignage d’un jeune, « un revendeur a été surpris en train de vendre du carburant aux terroristes ».De ce fait, ce dernier encourage la préfecture à maintenir sa décision. Même si beaucoup des interrogés étaient contre la décision, nombreux sont ceux qui l’ont apprécié en disant : sécurité des Koulikorois avant tout. En tout cas, la vente du carburant, après 22 h, est interdite jusqu’à nouvel ordre.

Mamadou Diarra

Le Pays

SUIVEZ MALIVOX PARTOUT

🔵Youtube

🔴Facebook Page

🔵WhatsApp

🔴Telegram

🔵Twitter

🔴LinkedIn

🔵Facebook Groupe

🔴Instagram

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*