EIGS vs JNIM : la jeunesse, victime de premier plan dans cette course aux égos !

Il y a quelques années, le Sahel faisait office d’exception (« l’exception sahélienne » comme le nomme l’expert Wassim Nassr) quant à la rivalité qui pouvait exister entre l’Etat Islamique et Al-Qaida. En effet, en 2018, les actions de coopérations ponctuelles, des réunions afin de régler les problématiques territoriales, entre les filiales terroristes de Daech et d’Al-Qaida, avaient été relevées dans la zone du Gourma. En 2019 et 2020, la tendance s’inverse et l’heure n’est plus au thé mais à l’affrontement.

Lors des conflits entre les deux entités terroristes, les premières victimes de cette rivalité sont nos jeunes. Le 29 juin dernier, un énième affrontement a eu lieu entre le JNIM et l’EIGS à Intilit. Selon certaines sources, de nombreux corps sans vie ont été retrouvés sur les lieux des combats. Même si l’on ignore à l’heure actuelle à quel camp appartiennent les corps, une chose est sûre : ce sont nos jeunes qui se retrouvent contraints d’appuyer sur la gâchette dans une course au pouvoir qui n’est pas la leur. Ce sont eux qui sont manipulés pour servir de chair à canon dans les rangs des organisations criminelles dont le seul et unique projet est de semer la terreur et détruire l’avenir de cette jeunesse.

Est-ce utile de rappeler que nous assistons à une guerre d’égo ? Avons-nous besoin d’une preuve de plus pour affirmer que l’Islam n’est qu’un prétexte dont se servent des individus sans foi ni loi pour tuer des innocents ?

Ces jeunes, dont certains ne sont pas nés avec une cuillère en or dans la bouche et à qui la vie n’a pas toujours souri, se retrouvent de facto pris au piège. Ils s’engouffrent dans un tunnel où la mort les attend. En plus de tous les innocents qui tombent sous les coups de ces terroristes, une partie de notre jeunesse est détruite.

Enrôlée, hypnotisée par des discours fictifs et utopiques, cette jeunesse en quête de reconnaissance embrasse aveuglement l’idéologie djihadiste.

A chaque affrontement, les jeunes sont les premiers à s’exposer, risquant, de ce fait, d’y laisser leur vie tandis que leurs chefs mènent la belle vie ou se cachent à l’abri des coups de feu.

Lorsque l’on voit la rivalité qui existe entre les deux franchises terroristes et la façon dont ils détruisent la jeunesse et donc l’avenir du pays, il est de notre devoir, de fédérer à nouveau cette jeunesse autour de ces valeurs qui font notre devise : un peuple, un but, une foi !

Enfin, comme le disent souvent les anciens : « Quand le feu gagne la forêt, l’animal court vers la rivière ». En d’autres termes, face aux dangers que représentent les terroristes, protéger les générations futures de ces criminels est la meilleure solution pour disposer d’un avenir meilleur.

Mamadou Bare

SUIVEZ MALIVOX PARTOUT

🔵Youtube

🔴Facebook Page

🔵WhatsApp

🔴Telegram

🔵Twitter

🔴LinkedIn

🔵Facebook Groupe

🔴Instagram

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*