Engins explosifs improvisés : comment la MINUSMA prend en compte cette menace

Depuis le déploiement de la MINUSMA au Mali en 2013, 93 Casques bleus ont perdu la vie à cause des Engins explosifs improvises (EEI). Les explosions d’EEI ont également blessé 698 civils et 596 casques bleus.

Ces incidents viennent rappeler l’ampleur des risques auxquelles la Mission fait face dans son travail quotidien au service de la paix et de la sécurité. Avec les mines, les EEI portent atteinte à la liberté de mouvement de tous, qu’il s’agisse des autorités nationales, des civils, des corps habillés ou des organisations humanitaires.

« Ces pertes et les blessures subies par nos hommes illustrent, si l’en était besoin, la difficulté de l’environnement opérationnel dans lequel nous travaillons, mais la Mission continue à s’adapter à cet environnement asymétrique au Nord et au Centre du Mali, afin de mener à bien le Mandat qui lui a été confié, un Mandat d’appui et d’accompagnement au peuple et aux autorités du Mali, » comme l’a indiqué El-Ghassim WANE, le Chef de la MINUSMA, après la mort tragique le 17 mars 2021 du Capitaine Sameh ABDELGAWAD de la compagnie égyptienne d’escorte des convois.

La réponse à la menace

Pour relever le défi que représentent les EEI et les mines pour les civils, les organisations internationales et les Casques bleus, la MINUSMA dispose d’équipes de neutralisation des explosifs et munitions (NEDEX). Ces équipes sont composées de professionnels qui peuvent exécuter une multitude de tâches liée au désamorçage des explosifs, en fonction de l’opération qu’ils soutiennent.

Ce soutien peut se faire de différentes façons. L’une des opérations les plus connues est celle où les équipes sont attachées aux convois et aux patrouilles afin de fournir un soutien direct à la lutte contre les EEI pour aider à dégager les routes pendant les opérations. Ce balayage se fait en voiture ou à pied. Les équipes ont également la capacité d’entreprendre d’autres tâches telles que l’élimination et l’explosion des EEI signalés ou découverts, la destruction de munitions dangereuses, les enquêtes après explosion à la suite d’incidents impliquant des EEI et la dépollution de zones telles que les cantonnements. Les équipes disposent de véhicules, d’équipements et de dispositifs de protection qui les aident à accomplir ces tâches.

Les équipes NEDEX de la MINUSMA viennent du Népal et du Cambodge. Ces soldats de la paix ont un travail où « s’occuper d’engins explosifs improvisés peut être physiquement et mentalement fatigant, » comme le dit le Lieutenant-Colonel Pawan Kumar KHADKA, Chef de l’unité de lutte contre les engins explosifs improvisés de la MINUSMA. Ces professionnels risquent leur vie tous les jours pour améliorer la liberté de mouvement de tous ceux qui circulent sur les routes, en particulier dans les régions du Centre et du Nord du Mali.

MINUSMA

SUIVEZ MALIVOX PARTOUT

🔵Youtube

🔴Facebook

🔵WhatsApp👇👇👇

👉Malivox(1) 👉Malivox(2) 👉Malivox(3)

🔴Telegram Infos

🔵Telegram Débats

🔴Twitter

🔵LinkedIn

🔴Instagram

🔵TikTok

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*