EUTM Mali : au cœur de la formation des sous officiers des forces armées maliennes (FAMa)

Jeudi matin à Bamako. Le temps est couvert, il fait 35 degrés, avec une forte humidité. Bien que ce soit la saison des pluies, il ne pleut pas aujourd’hui, et c’est une bonne chose, car le commandant de la force de mission EUTM Mali, le général de brigade Jochen Deuer, se rend aujourd’hui en hélicoptère de transport NH-90 à Ségou, une région clé pour les forces armées maliennes.

Ségou abrite l’école des sous-officiers des forces armées maliennes (FAMa) et le siège de la troisième région militaire. L’école des sous-officiers est importante pour l’armée , car c’est ici que sont formés les chefs/formateurs actuels et futurs des forces armées maliennes. Le 5e mandat élargit considérablement le champ d’action d’EUTM Mali en autorisant la formation décentralisée.

Pour EUTM Mali, cela signifie que des équipes de formation mobiles sont sur place à Ségou et soutiennent les efforts de formation. Cela posera la pierre angulaire de la future structure et, espérons-le, du succès des forces armées maliennes.

Le voyage commence à l’aéroport international du Président Modibo Keita. C’est là que le détachement espagnol NH-90 est stationné depuis le début du mois de juillet 2021, augmentant ainsi considérablement la mobilité de la mission. En effet, le 5e mandat élargit considérablement le rayon opérationnel d’EUTM Mali grâce à un entraînement décentralisé.

La délégation autour du commandant de la force de mission lors de la pesée.

Avant de monter à bord des hélicoptères, les soldats, y compris le général, doivent être pesés avec leurs armes et leurs équipements afin de ne pas dépasser la charge utile autorisée. Tout est en ordre ! Il est maintenant temps d’embarquer.

Pour des raisons de sécurité, le NH-90 est accompagné d’un second appareil. Les hélicoptères ont besoin d’un peu plus d’une heure pour parcourir cette distance ; par la route, il aurait fallu plus de cinq heures, car les conditions de circulation au Mali sont assez difficiles. Ce qui est frappant, ce sont les étendues de verdure. Jusqu’à récemment, le paysage était tout ici grisbrun.

Maintenant, avec l’arrivée de la saison des pluies, tout devient lentement d’un vert paradisiaque, non seulement directement sur le Niger, mais aussi au loin de celui-ci. Pour l’agriculture malienne, cela signifie que le temps des semailles et des travaux des champs commence. Le millet et le riz sont particulièrement appréciés dans les zones inondées le long du Niger.

En vol rapide, l’hélicoptère se dirige le long du Niger vers Ségou.

Enfin les hélicoptères atteignent Ségou. Le site d’atterrissage est situé dans une zone militaire. La couleur rouge-brun de la poussière soulevée par les hélicoptères est frappante. Après le feu vert de la sécurité, le général Deuer débarque de l’hélicoptère.

Un convoi militaire l’attend déjà pour le conduire d’abord au siège de la région militaire, où il est déjà attendu par le commandant adjoint, le colonel Dembele. Comme il s’agit de la première visite du général de brigade Deuer, il y a beaucoup de choses à discuter : l’alchimie entre les deux partenaires se fait dès le début. Outre la situation sécuritaire, le commandant de la force de mission est particulièrement intéressé par les préoccupations et les besoins des unités FAMa sur le terrain. Le colonel Dembele explique volontiers la situation.

EUTM Mali est un partenaire apprécié sur le terrain, car l’impact des formations déjà effectuées commence à porter des fruits visibles, notamment chez les sous-officiers et les jeunes officiers. Ensemble, ils conviennent d’échanger régulièrement des informations sur la situation et les évolutions.

Le général de brigade Jochen Deuer s’entretient avec les formateurs de l’équipe mobile de formation à Ségou.

Puis c’est le départ pour le camp des formateurs. Pour le général Deuer, c’est une affaire de cœur, car les formateurs et la protection de la force vivent ici pendant des semaines dans un espace très confiné. C’est une petite oasis de sécurité dans la région, et avec les petites cabanes sous les arbres tropicaux, c’est aussi un peu un foyer. C’est donc une bonne occasion de parler avec les gens.

Outre les soldats de la Force de protection, la petite zone médicale et la conversation directe avec les formateurs sont au programme. Après tout, ils travaillent tous les jours avec leurs camarades maliens et peuvent également fournir des informations importantes sur le succès de la formation ou sur les améliorations à apporter.

Une formation d’honneur attend déjà l’école des sous-officiers des forces armées maliennes.

Après un court déjeuner, la prochaine étape du voyage est l’école des sous-officiers maliens. Ici, le général de brigade Deuer est reçu avec les honneurs militaires. Avec un sabre et des ordres courts et précis, il est présenté aux membres du personnel de l’école. S’ensuit une courte visite dans le bureau du commandant de l’école, le lieutenant-colonel Sogoba, qui est visiblement heureux de la présence du commandant de l’EUTM Mali dans son école.

Au cours d’un petit briefing, il explique les expériences en cours. Une grande partie des demandes de soutien maliennes concerne la formation des sous-officiers. Après quelques expériences douloureuses, les dirigeants des forces armées maliennes ont réalisé qu’une partie non négligeable de leurs pertes est due au manque de formation et d’expérience de leur corps de commandement, ce qui entraîne ensuite des erreurs dans les situations de crise. Elles veulent remédier à cela et, en raison de la situation sécuritaire tendue, augmenter significativement le leadership des forces armées maliennes.

Pour EUTM Mali, cela signifierait une augmentation significative de la charge de travail actuelle en matière de formation, bien que les soldats maliens ne cachent pas qu’ils apprécient la formation européenne dans tous les grades.

Le commandant de la force de la mission EUTM Mali lors de sa visite au commandant de l’école des sous-officiers malienne.

La visite se termine par une visite de l’école. Certaines des salles atteignent déjà un niveau assez élevé. Le champ de tir numérique fait une impression extrêmement efficace, de sorte que le commandant de la force de mission EUTM et le chef du groupe de conseillers ne manquent pas l’occasion de réaliser un tir avec l’AK.

Le résultat : Un peu plus rude et un point d’arrêt moins familier qu’avec les armes de poing européennes. Puis c’est le tour du laboratoire de langues. Ici, le commandant de l’école malienne a une demande directe à l’EUTM : en raison des températures élevées, ils ont des problèmes avec les cassettes de formation linguistique utilisées jusqu’à présent. Ils aimeraient disposer d’appareils d’écoute numériques tels que de petits lecteurs MP3 disponibles dans le commerce. Peut-être l’EUTM Mali peut-elle les aider.

Sur le stand de tir numérique, le général Deuer a l’occasion de tirer avec la Kalachnikov.

Il est ensuite temps de retourner à Bamako. En raison de la saison des pluies, le temps est imprévisible et un front de pluie peut ruiner le vol de retour. Après environ une heure, les hélicoptères atteignent l’aéroport de Bamako. Pour le commandant de la force de la mission, c’était la première occasion d’établir des contacts sur le terrain et de se faire une idée des préoccupations et des besoins des partenaires maliens. Il a déjà retenu au moins une orientation pour la mission lors de ce voyage : Il n’y a pas d’autre solution qu’EUTM Mali pour assurer une formation de qualité aux sous-officiers maliens si l’on veut s’attaquer à la sécurité du Mali.

EUTM Mali

SUIVEZ MALIVOX PARTOUT

🔵Youtube

🔴Facebook

🔵WhatsApp👇👇👇

👉Malivox(1) 👉Malivox(2) 👉Malivox(3)

🔴Telegram

🔵Twitter

🔴LinkedIn

🔵Instagram

🔴TikTok

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*