La presse malienne humiliée après la fausse disparition d’ABC

La disparition du journaliste Ammy Baba Cissé n’en était pas une. Il avait volontairement coupé les liens avec tous ses proches pendant des heures pour réapparaître plus tard. Cette attitude soumet la presse malienne dans une situation délicate après avoir alerté l’opinion nationale et internationale sur un non événement.

Le 5 mai, tous les journalistes maliens étaient mobilisés pour retrouver leur confrère annoncé comme disparu. Ammy Baba Cissé (ABC), le directeur du Figaro du Mali, n’avait en réalité ni été enlevé ni forcé à disparaître. C’est de sa propre volonté qu’il a décidé de s’isoler du monde le samedi aux environs de 16 heures pour ne revenir que le lendemain.

La mobilisation pour retrouver « le journaliste disparu » battait déjà son plein depuis la matinée du dimanche dernier. Les directeurs de publication et plusieurs acteurs des médias s’étaient retrouvés à la Maison de la presse pour échanger sur ce cas de disparition et établir un plan de recherche pour retrouver le supposé disparu. Les regroupements de médias et de journalistes avaient également diffusé des communiqués alarmants dans lesquels les autorités étaient fortement interpellées. Certains journalistes étaient même allés vite en besogne en accusant ouvertement Moustaph Ben Barka, le secrétaire général de la présidence de la République du Mali, d’être à la base de ladite disparition. Celui-ci était obligé de se justifier en démentant les allégations portées à son encontre.

Dans « un devoir d’explication », la maison de la presse de Bamako a publié un communiqué dans la soirée du 6 mai dans lequel elle regrette « vivement l’attitude de notre confrère Ammy Baba Cissé qui pourrait discréditer de futures campagnes contre les atteintes à la presse et aux journalistes et porter préjudice à l’image de la profession ».

Peur ou mise en scène irresponsable ?

Ammy Baba Cissé se trouve devant le tribunal de la crédibilité. Ses écrits courageux lui avaient valu l’administration et le respect de plusieurs de ses confrères. Mais depuis cette affaire, il est devenu sujet à controverse. Sur les réseaux sociaux, les journalistes font le procès de la situation. Pendant que certains doutent de l’explication simpliste de leur confrère, d’autres s’inquiètent des conséquences que pourraient engendrer un tel précédent.

Cependant une analyse objective s’impose sur cet événement. Ammy Baba Cissé affirme bel et bien s’être isolé de son propre gré mais quelqu’un qui aurait subi un enlèvement puis des menaces avant d’être relâché sous condition de ne rien révéler peut tout aussi agir de cette manière. Comment être certain qu’il ne raconte pas une version des faits sous la contrainte ? Rien ne prouve cela, mais le contraire non plus n’est pas totalement avéré. Si ABC est une victime, on doit lui accorder le bénéfice du doute.

Au delà de la personne d’ABC, c’est toute la presse malienne qui est mise en cause. Fait-elle assez de discernement pour les cas qui la touchent directement ? En tout cas, son attitude alarmiste dans ce genre de situation se justifie. Il ne faut pas oublié qu’une affaire disparition non élucidée et datant de plusieurs années est en cours. On prête aux ravisseurs de Birama Touré toutes sortes de torture dès les premières heures de son probable enlèvement et séquestration par de présumés agents des services secrets. La prudence était, est et devrait rester de mise pour tout cas de probable début d’enlèvement de journaliste.

Malivox.net

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.