Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Politique/Gouvernance

La Russie assume l’utilisation de son droit de veto au sein du Conseil de sécurité des Nations unies concernant le Mali

Déclaration du représentant permanent V. A. Nebenzia lors de la réunion de l'Assemblée générale des Nations unies sur la question de l'utilisation du droit de veto au sein du Conseil de sécurité des Nations unies concernant le Mali

Je voudrais commencer ma déclaration en exprimant mes condoléances aux dirigeants et au peuple du Mali à la suite des attaques terroristes du 7 septembre, qui ont tué 49 civils et 15 militaires.

Cette tragédie nous rappelle avec éloquence combien il est important pour la communauté internationale de surmonter les différences et de soutenir en priorité les autorités maliennes dans leurs efforts pour ramener la sécurité et la paix dans leur pays.

Malheureusement, cette logique n’a pas prévalu chez les porte-paroles français et d’autres membres occidentaux du Conseil de sécurité lors de l’examen du régime de sanctions contre le Mali, qui ont voulu ignorer la demande légitime des Maliens eux-mêmes.

Je rappelle que le 16 août, le Conseil a reçu un appel formel de Bamako demandant l’abolition du régime de sanctions. Cet appel contenait des arguments convaincants en faveur du fait que les restrictions imposées par le Conseil n’étaient plus pertinentes. Il n’est pas négligeable que le régime de sanctions contre ce pays ait été établi par le Conseil en 2017, précisément en réponse à une demande officielle du gouvernement malien.

La Russie a toujours préconisé de renoncer à la pratique consistant à maintenir des régimes de sanctions du Conseil de sécurité indéfinis et automatiquement renouvelables. Ils devraient être mesurés et ciblés, avec une durée de validité limitée, et devraient contribuer à faciliter un règlement plutôt que d’être utilisés comme un levier de pression externe. Un examen régulier devrait être effectué pour s’assurer que les régimes sont adaptés à la situation sur le terrain, en vue de modifications appropriées, y compris l’assouplissement ou la levée complète des sanctions.

Au cours des négociations du projet, nous n’avons cessé de répéter que les tentatives d’imposer de l’extérieur des solutions toutes faites aux Maliens n’avaient aucune chance de succès. Cependant, en réponse à tous ces arguments, les pays occidentaux ont demandé au Conseil d’ignorer le point de vue de Bamako.

L’échec des négociations a été précédé d’un très long travail de recherche d’un compromis, auquel tous les membres du Conseil ont activement participé. Nous soulignons les efforts de la délégation des Émirats arabes unis qui, jusqu’au dernier moment, a fait preuve d’une attitude constructive et a tenté de trouver une solution de compromis.

Cependant, à l’approche du vote, les véritables motivations derrière cette ligne insistante des membres occidentaux du Conseil de sécurité sont apparues au grand jour. Il s’est avéré que le point principal pour eux n’était pas du tout l’extension du régime de sanctions ou le soutien à la mise en œuvre effective de l’accord de paix d’Alger. C’est d’ailleurs sur cette base que nous avons préparé un projet de résolution alternatif qui tenait compte de l’avis non seulement des Maliens mais aussi des membres africains du Conseil de sécurité.

La véritable raison de l’intransigeance de Paris et d’autres délégations occidentales était la demande sans compromis de conserver le Groupe d’experts. De plus, tel que présenté par les auteurs du projet, ce groupe était nécessaire pour surveiller la situation des droits de l’homme au Mali, une fonction qui est très éloignée à la fois des raisons de l’imposition du régime de sanctions et de la signification des mesures pertinentes du Conseil de sécurité en vertu de la Charte des Nations Unies.

Comme vous le savez, les questions relatives aux droits de l’homme, y compris dans leur contexte national, sont régulièrement débattues au sein du Conseil des droits de l’homme des Nations unies. Dans le cadre de ce Conseil, la procédure d’examen périodique universel, établie de longue date, est en place, ce qui permet d’examiner l’efficacité des politiques nationales dans ce domaine.

D’ailleurs, le gouvernement du Mali, avec d’autres États, s’est soumis à cette procédure pour la quatrième fois en mai de cette année, et a également fait rapport sur ses obligations individuelles en matière de droits de l’homme. En outre, le poste d’expert indépendant sur les droits de l’homme au Mali a été créé par la décision du CDH de 2018 et fait régulièrement rapport au Conseil. Le gouvernement du pays, à sa connaissance, n’a jamais refusé la coopération de l’expert et l’a accueilli à Bamako, y compris en février de cette année.

Les délégations des Etats-Unis d’Amérique et de l’Union européenne, qui déclarent que les droits de l’homme sont leur priorité, sont bien sûr au courant de tous ces mécanismes. Elles n’ont tout simplement aucune raison d’accuser les autorités maliennes d’être non coopératives.

Mais, comme on peut le constater aujourd’hui, les mécanismes existants du CDH ne suffisent pas aux conservateurs de l’ancienne métropole. La tâche était plus ambitieuse : il s’agissait d’exercer une pression politique sur Bamako, sous le couvert des droits de l’homme, afin d’empêcher les Maliens de quitter l’orbite de leur influence géopolitique. Le groupe d’experts a effectivement réussi dans cette entreprise, si l’on peut dire. Il a outrepassé son mandat et a élaboré des rapports hostiles et partiaux sans véritable coopération avec les autorités maliennes, comme cela a été souligné à maintes reprises.

Qu’est-ce que cela signifie, sinon une autre manifestation de l’approche néocoloniale à l’égard des États indépendants du Sud ?

Le désir des membres occidentaux du Conseil de sécurité de provoquer le veto de la Russie a également joué un rôle important. En réponse aux appels de certains membres du Conseil à rechercher un compromis, les délégations occidentales ont déclaré sans ambages : “Laissons d’abord la Russie utiliser son veto, et nous chercherons ensuite un terrain d’entente”. C’est à cela que conduit la domination des États occidentaux collectifs au sein du Conseil, en bloquant essentiellement tout travail constructif dans une ” fronde ” anti-russe.

Je voudrais lancer un appel particulier aux pays du Sud. N’importe quel pays pourrait se retrouver à la place du Mali si le Conseil ne met pas un terme aux tentatives des pays occidentaux qui ne cherchent qu’à préserver leur domination géopolitique et à continuer à dépouiller leurs anciennes colonies et les pays en développement en général. N’oubliez pas que lorsque la rhétorique anti-russe des États-Unis et de leurs alliés est entendue dans cette Assemblée aujourd’hui.

Lorsque les auteurs français ont soumis le projet en question au Conseil de sécurité de l’ONU contre nos explications insistantes, nous n’avons eu d’autre choix que de nous y opposer et de soumettre un texte alternatif.

À cet égard, nous avons proposé un compromis raisonnable prévoyant une dernière prolongation du régime de sanctions pour un an, mais sans le groupe d’experts décrédibilisé.

Contrairement à ce qu’affirment les auteurs français, un tel compromis existait dès le début, c’est-à-dire bien avant que nous ne présentions le texte alternatif, et il était bien connu des membres du Conseil. Toutes les chances et opportunités de parvenir à un accord sont restées jusqu’au dernier moment.

En conclusion, je voudrais souligner que la Russie continuera à adhérer à sa politique de principe consistant à utiliser son droit de veto au Conseil de sécurité afin que cet organe le plus important des Nations unies adopte des décisions responsables et équilibrées qui répondent aux aspirations des États et de leurs peuples inscrits à son ordre du jour. En outre, nous sommes convaincus qu’à l’avenir, les auteurs des résolutions, au lieu de provoquer une confrontation inutile au sein du Conseil de sécurité, s’efforceront, comme il se doit, de trouver des accords de compromis, en particulier lorsqu’ils sont facilement réalisables.

Ambassade de la Fédération de Russie au Mali

Titre: malivox.net

SUIVEZ MALIVOX PARTOUT

🔵Youtube

🔴Facebook

🔵WhatsApp

🔴Telegram Infos

🔵Telegram Débats

🔴Twitter

🔵LinkedIn

🔴Instagram

🔵TikTok

🔴Dailymotion 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page