Mali : la 43ème promotion de l’Ecole Militaire Interarmes baptisée feu Général d’Armée Amadou Toumani Touré

La cérémonie de sortie de la 43éme promotion de l’Ecole Militaire Interarmes de Koulikoro a eu lieu, le vendredi 2 juillet 2021, sur la place d’Armes du Centre d’Instruction Boubacar Sada Sy. Elle était placée sous la haute présidence de son Excellence, le colonel Assimi Goïta, Président de la Transition, Chef Suprême des Armées, en présence de la veuve du parrain Mme Touré Lobo Traoré, de plusieurs autorités militaires, administratives, religieuses et coutumières.

Cette promotion est constituée de 63 officiers ayant effectué un cycle normal de 2 ans dont 4 personnels féminins et 14 venant de l’étranger. Parmi lesquels on peut noter 02 de la Guinée Conakry, 02 de la Côte d’Ivoire, 02 du Togo, 02 de la Mauritanie, 02 du Niger, 02 du Tchad et 02 du Congo Brazzaville. Cette sortie a été couplée à celle du cycle spécial d’une année regroupant 50 Officiers tous de nationalité malienne dont un personnel féminin. Ceux-ci sont, la plupart des ingénieurs dans plusieurs spécialités, 39 venant de la Russie, 07 de l’Algérie et 04 magistrats militaires ayant fait leur formation au Mali.

Le sous-lieutenant Véronique Dakouo du Mali est sorti major de la promotion du cycle normal avec une moyenne de 17,39 sur 20 et le sous-lieutenant Tiecoura Oumar Tougouté major du cycle spécial avec une moyenne de 16,62 sur 20. Ces deux promotions, après avoir reçu de la part de leurs parrains, leurs sabres et épaulettes ont prêté serment devant le Chef Suprême des Armées.

La 43ème promotion porte le nom de feu le Général d’Armée Amadou Toumani Touré, un homme au destin unique. Ce général est né un 4 novembre 1948 à Mopti, il est d’abord enseignant de l’Ecole Normal Secondaire de Badala avant d’épouser le métier des armes en 1969 marquant son entrée à l’EMIA. Il intègre l’Ecole Supérieure des Troupes Aéroportées de l’ex-URSS, le Centre National d’Entrainement Commando de Mont-Louis en 1978, puis l’Ecole Supérieure de Guerre Interarmes de Paris et le Cours Supérieur Interarmes de France.

Il devient successivement Commandant de la Garde présidentielle du Mali, chef de Bataillon du 33ème Bataillon des Commandos parachutistes. Il devient ensuite Président du Comité de Transition pour le Salut du Peuple (CTSP), qu’il dirigea pendant un an, à la faveur d’une insurrection populaire. En 2002, il remporte l’élection présidentielle au Mali puis crée une fondation pour aider les enfants en situation difficile dénommée ‘’Fondation pour l’Enfance’’ et s’engage pendant tout son parcours contre la maladie du ver de guinée à travers la Fondation Jimmy Carter.

Il devient représentant du secrétaire général des Nations Unies en Centrafrique après son implication dans plusieurs accords de paix. Il fût Chevalier de l’Ordre National du Mali, Grand-Croix de l’Ordre National du Mali, médaillé de sauvetage des Etats-Unis en 1973, détenteur du diplôme de promoteur de la culture de la démocratie en Afrique, Commandeur de la Légion d’Honneur de France en 1994, Grand Officier de l’Ordre du mérite Centrafricain en 1996 et Grand-croix de la Légion d’Honneur de France en 2003. Il fit le porteur du projet de logements sociaux communément appelés ‘’ATTbougou’’ à travers tout le Mali qui a permis d’offrir un toit à des millions de familles.

Le président de la Transition, Chef suprême des Armées, le colonel Assimi Goïta s’est dit animé d’un sentiment de fierté avec la transmission du flambeau aux jeunes officiers de la 43ème promotion. Selon lui, cette nouvelle étape marque le début d’une longue et exaltante carrière de meneurs d’hommes. Le chef de l’Etat les a appelés à avoir le souci constant des hommes placés sous leur commandement sans lesquels aucune victoire n’est possible. Il les a exhortés à plus de rigueur, d’engagement, d’abnégation et surtout de ténacité afin de relever les défis auxquels ils feront face tous les jours. Le Président de la Transition a demandé à ces officiers de rester fidèles au serment d’officier qui les lie à la Nation et aux Forces Armées et de Sécurité. Il les a enfin sommés à suivre les traces de leur parrain qui fut un républicain, un humaniste, un soldat de la paix.

Selon le chef d’état-major général des Armées, le général Oumar Diarra, la cérémonie de cette année intervient dans un contexte de crise multidimensionnelle et de crise sanitaire due à la Covid-19. Pour lui, le peuple malien et son Armée continuent de faire face à des défis sécuritaires multiples et complexes. L’enjeu, pour les années à venir, est de réussir le pari de la régénération et de la modernisation pour disposer d’une armée puissante et maître de son destin. ‘’Un pays en guerre a besoin d’une armée forte, solidaire, compétente pour faire face à un ennemi hybride et à la menace asymétrique’’, a-t-il déclaré. Pour lui, la raison d’être de l’Armée c’est de faire la guerre ou la paix quand elle est sollicitée. Il les a exhortés à commander avec courage et discernement.

La cérémonie a pris fin par une photo de famille et un cocktail offert au Président de la Transition, Chef de l’Etat, le colonel Assimi Goïta et à l’ensemble des invités.

Forces armées maliennes

SUIVEZ MALIVOX PARTOUT

Youtube

Facebook

WhatsApp

Malivox(1) Malivox(2) Malivox(3)

Telegram

Twitter

LinkedIn

Instagram

TikTok

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*