Mali: La CMAS Mahmoud Dicko, le FSD et l’EMK repondent à la Cour Constitutionnelle

Le Front pour la Sauvegarde de la Démocratie (FSD), la Coordination des Mouvements, Associations et Sympathisants de l’Imam Mahmoud DICKO (CMAS), et le Mouvement Espoir Mali Kura (EMK) ont pris connaissance avec beaucoup d’indignation, le communiqué de presse publié le 1er Juin 2020 par Madame Manassa DAGNOKO, Présidente de la Cour Constitutionnelle du Mali.

Ledit communiqué fait suite à la déclaration rendue publique le Samedi 30 Mai 2020 par les trois organisations appelant à un rassemblement le Vendredi 05 Juin 2020 au Monument de l’Indépendance en vue de demander la démission du Président Ibrahim Boubacar KEITA.

Madame Manassa DAGNOKO sortant du cadre légal et des missions de la Cour Constitutionnelle s’autoproclame « gardienne » de la constitution et s’attaque sans raison aux partis politiques et Mouvements qu’elle accuse de tenir des propos insurrectionnels, subversifs et séditieux pour avoir appelé les forces patriotiques à un rassemblement.

…Et avec un ton condescendant, elle s’époumone à vouloir engager le Gouvernement dans une dynamique de répression contre les Forces Patriotiques, décidées à prendre en main leur propre destin et celui de la nation toute entière.

A cet effet, elle enjoint au Gouvernement, l’application scrupuleuse des sanctions pénales et celles liées à la Charte des partis et à la loi sur les Associations à l’égard de tous ceux engagés à obtenir le mieux-être des Maliens.

Le FSD, la CMAS et l’EMK s’indignent des dérives et agressions répétées qui traduisent, hélas, l’état de sénilité très avancé de la Présidente de la Cour Constitutionnelle qui foule au pied son propre serment qu’elle a prêté solennellement devant I’Assemblée Nationale et la Cour Suprême, réunies sous la présidence du Président de la République conformément à I’article 93 de la Constitution.

C’est aussi avec mépris, qu ‘elle s’écarte des prescriptions déontologiques de l’article 8 de la loi 97-010 du 11 Février 1997, modifiée, portant loi organique déterminant les règles d’organisation et de fonctionnement de la Cour Constitutionnelle ainsi que la procédure suivie devant elle, qui dispose: « Les membres de la Cour Constitutionnelle ont pour obligation générale de s’abstenir de tout ce qui pourrait compromettre l’indépendance et la dignité de leurs fonctions. Ils ont l’obligation en particulier pendant la durée de leurs fonctions de n’occuper au sein des partis politiques aucun poste de responsabilité et de direction même titre honorifique, de garder le secret des délibérations et des votes. de ne prendre aucune position publique sur les questions ayant fait ou susceptibles de faire l’Objet de décision de la part de la Cour, de ne donner aucune consultation sur les questions relevant de la compétence de la Cour Constitutionnelle ».

Le FSD, la CMAS et l’EMK, attirent l’attention des Maliennes et Maliens sur les errements de la Présidente de la Cour Constitutionnelle qui, profitant de la faiblesse endémique de l’Etat, va jusqu’à s’ériger en « gendarme » de la Constitution au détriment du Président de la République, légitime gardien selon l’article 29 de la Constitution.

« Le Président de la République est le chef d’Etat, il est le gardien la Constitution. Il incarne l’unité nationale. Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire, du respect des traités et accords internationaux. Il veille au fonctionnement régulier des pouvoirs publics et assure la continuité de l’Etat ».

La Constitution ne reconnait qu’un seul « gendarme » chargé de veiller sur elle, c’est Ie Président de la République et nulle autre personne.

Les Maliennes et Maliens doivent se convaincre que Madame la Présidente constitue le problème et non la solution. L’organisation d’un « troisième tour » du scrutin législatif d’Avril 2020 dans le secret de son cabinet et la négation du droit des citoyens à la liberté d’association, de réunion, de cortège et de manifestation sont autant de motifs légitimes qui fondent les revendications des Forces Patriotiques.

Rien ne sera obtenu par l’intimidation et la menace, et c’est pourquoi le FSD, la CMAS et l’EMK réitèrent leur appel à la manifestation générale de toutes les Forces Patriotiques le 05 Juin 2020 à partir de 12H au Monument de l’Indépendance. Il s’agit d’une mobilisation pour le Mali, qu’il faut sauver de la mal gouvernance économique, politique, sociale et sécuritaire.

Fait à Bamako, le 03 Juin 2020

Pour le FSD

Dr. Choguel K. MAIGA

Pour la CMAS

lssa Kaou N’DJIM

Pour l’EMK

Cheick Oumar SISSOKO

Titre: malivox.net

SUIVEZ MALIVOX PARTOUT

🔵Youtube

🔴Facebook Page

🔵WhatsApp

🔴Telegram

🔵Twitter

🔴LinkedIn

🔵Facebook Groupe

🔴Instagram

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*