Mali: Un avenir difficile pour le JNIM et l’EIGS

Image d'illustration

L’année 2020 a vu s’affronter l’EIGS et le JNIM dans le Gourma et dans le Liptako. Ces combats ont fait de nombreux morts et mobilisé de nombreux combattants de part et d’autre. Mais aujourd’hui, les hostilités reprennent sur fond de différend territorial, de divergences idéologiques et de désir de revanche.

A ces pertes conséquentes, se rajoutent celles très importantes subies suite aux nombreuses frappes de Barkhane. Et maintenant, le sommet du G5 Sahel, en plus d’une « union sacrée » prometteuse, a décidé l’envoi dans la zone des trois frontières de 1200 soldats tchadiens pour soutenir les forces déjà présentes et accentuer la pression sur les groupes terroristes.

Grâce aux efforts en matière de lutte anti-terroriste menés depuis le sommet de Pau il y a un an, l’« EIGS a perdu son emprise et subit de nombreuses pertes » comme a souligné le Président français dans le cadre du sommet de N’Djamena. Il n’a pas manqué non plus, de rappeler son intention de continuer à infliger des dommages profonds aux groupes du JNIM affiliées à AQMI, voulant même « décapiter ces organisations ».

Les deux groupes sont donc considérablement affaiblis au point qu’ils effectuent des recrutements forcés au sein des populations civiles. De plus, l’EIGS auraient également recours à l’appui de quelques combattants de Boko Haram venus du Nigéria. Le JNIM, de son côté, cherche aussi des nouveaux soldats mais a surtout perdu bon nombre de ses cadres dont le remplacement est difficile.

D’ici peu, ces deux franchises djihadistes vont devoir affronter un tout autre type d’adversaire sur leur deuxième front de bataille contre la Force. En effet, les 1200 militaires tchadiens qui s’apprêtent à prendre pied dans la zone des trois frontières sont probablement les soldats les plus aguerris d’Afrique.

Depuis des années ces valeureux guerriers luttent contre le terrorisme parvenant à repousser Boko Haram hors de leurs frontières en lui infligeant de sérieux revers. Cette longue expérience du combat, renforcée par leurs équipements modernes, va permettre d’étouffer les derniers souffles des deux groupes terroristes qui ont décidé de s’affronter de nouveau.

Nul doute donc que le JNIM et l’EIGS doivent se poser des questions sur leur avenir et leur pérennité dans la zone. Ceci d’autant plus qu’au-delà du renfort venu du Tchad, les armées burkinabè et maliennes sont toujours appuyées par les forces spéciales européennes de Takuba et surtout par Barkhane dont les effectifs ne diminueront pas tant que le travail ne sera pas achevé. De quoi donc grandement entamer les ambitions des djihadistes qui semblent finalement jeter leurs dernières forces dans une bataille perdue d’avance.

Issa Bâ
@IssaBaouaga

SUIVEZ MALIVOX PARTOUT

🔴Dailymotion

🔵Youtube

🔴Facebook Page

🔵WhatsApp: 👇

👉 Groupe 1 👉 Groupe 2 👉 Message Direct

🔴Telegram

🔵Twitter

🔴LinkedIn

🔵Facebook Groupe

🔴Instagram

🔵TikTok

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*