Quand Algabass Ag intallah nous réconforte dans notre raison de la relecture ou même du rejet de l'accord d'Alger

Un État failli doit avoir comme priorité la restauration de sa légitimité et de son autorité avant de se lancer dans l’application d’un accord qui lui fragilise davantage.

Exiger l’application de l’accord d’Alger dans ces conditions c’est s’inscrire dans une logique de fragilisation sinon d’aggravation de cette situation de faillite.
Le contexte de cette déclaration est la confirmation théorique et pratique de son engagement pour la partition du MALI.
Aussi dans cette déclaration Algabass pense avoir le monopole de la violence et menace et la communauté internationale et l’Etat central du MALI pour dire que le Mali a un seul choix l’application de l’accord d’Alger de partition ou la guerre.
Pour dire que les prochaines attaques viendront de lui et ses compagnons cela aussi confirme les affirmations du président du Niger qu’il est en connivence avec les terroristes pour parler en parabole sinon la vérité crève à l’oeil.
En conclusion IBK est responsable de cette compromission à cause de son incompétence et son incapacité donc la seule et unique solution demeure sa démission pour changer l’interlocuteur principal.
Aboubacar Sidick Fomba, Président du parti ADEPM

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*